L’essentiel, c’est le chemin

Il y a quelques temps je lisais cet article impatient d’Emeline et je réalisais que voilà plusieurs années désormais que chemine dans ma tête mon projet de reconversion. Il n’y a pas si longtemps que j’ai fait mon coming-out à ce sujet finalement, puisque ce blog a  vu le jour en janvier… Mais déjà j’écrivais combien ce chemin vers le renouveau professionnel (et personnel) est long (ici !).

L’harmonie

Personnellement je ne m’impatiente pas (totalement). Pour plusieurs raisons. Déjà mon énergie est limitée et je refuse de sacrifier ce que j’ai déjà de bon pour moi pour ce à quoi j’aspire. Ce doit être conciliable ou cela ne sera pas. Ce serait un non sens ! J’ai déjà, une famille dont je souhaite profiter. Des enfants à m’occuper et c’est d’aujourd’hui dont il s’agit. Ce à quoi j’aspire, c’est demain, même s’il se construit aujourd’hui. Mais au delà du projet professionnel, qui en est le révélateur, j’aspire à vivre en harmonie. Avec moi-même et les autres. Dans ma vie professionnelle comme dans ma vie personnelle. Et vivre en harmonie ça commence aujourd’hui. Je suis loin d’être un modèle de zenitude comme vous avez déjà pu le constater ici. Ou encore . Ou même peut-être au détour de ce billet. J’ai déjà beaucoup de travail aujourd’hui pour arriver à l’harmonie. Et c’est là que je veux en venir.

L’essentiel n’est pas la destination

C’est ce que j’ai compris. Nous ne sommes jamais sûrs de l’atteindre. La vie est bien trop incertaine pour cela.

Est-ce que je suis en train de vous dire que vos ambitions sont inutiles ? Absolument pas. Vos ambitions tracent le chemin à prendre. Vous indiquent la voie à suivre. Guident vos pas quand tout est embrouillé. Donnent un sens à votre vie aussi. Un sens. Une direction. Pas un but. Christophe Colomb voulait aller en Inde, mais si son voyage n’a pas abouti là où il pensait arriver, il n’en reste pas moins une aventure extraordinaire n’est-ce pas ? (SVP je sais, pas pour les populations autochtones… C’est un autre sujet…)

Et c’est ce que je veux dire à Emeline aujourd’hui : ton projet, tu le vis déjà.

Tu es déjà en chemin. Tu as pris la route, petit pèlerin, et tu marches. Un pas après l’autre. Avec certains jours de la motivation, certains jours du désespoir, d’autres des doutes… C’est ton mental qui s’agite. Fais le taire. Un pas après l’autre. sens tes pieds fouler le sol. Respire le plein air qui t’aide à avancer, c’est lui qui te donne l’énergie. Et lève les yeux. Balaie l’horizon du regard. Profite de la vue. Ce paysage est magnifique. C’est celui qui t’accompagne vers demain. Plus près de toi. Sens ces mains dans les tiennes. Celles qui t’accompagnent, au même rythme que toi. Celles qui te tirent, quand tu te décourages, et celles que tu empoignes fermement quand le courage manque à leur propriétaire…

Ce chemin c’est ta vie

**Sortez les violons** Peut-être n’atteindras-tu jamais la destination que tu t’es fixée… Alors profite du voyage. Des rencontres, des paysages, des apprentissages. Glâne les fruits au bord de la route, attrape ceux que l’on te tends, même si tu n’as pas faim sur le moment. Et parfois, sors des sentiers battus. Surtout sors des sentiers battus, de ta zone de confort. Peut-être y a-t-il là-bas quelque chose pour toi. Ou un raccourci. Ou un détour qui vaut la peine. Le panorama y est superbe paraît-il…