Et si…

Pour être tout à fait honnête avec vous je dois vous dire… Que je ne suis pas tous les jours aussi déterminée et enthousiaste que dans ma présentation, même si je l’aimerais. Tout n’est pas rose et mon ciel est constamment traversé par de gros nuages noirs, qui mettent en péril mon optimisme et me cachent le soleil, qui est pourtant juste derrière (il paraît).

Et oui, j’ai créé ce blog sur un coup de tête. Par envie d’écrire, de partager, tout au long de ce parcours semé d’embûches. Je l’ai fait pour d’autres raisons plus viles également.

L’écriture

Parce que j’aime écrire, et que, j’avais besoin de partager mes états d’âmes avec quelqu’un. La rédaction constitue environ 80% de mon emploi actuel. En ce moment, je ne travaille pas et je crée un blog, moi qui travaille sur internet. Ahahah. Et je participe à un concours d’écriture. Bref, je dois me rendre à l’évidence, j’aime cela. Mais alors, pourquoi changer ? C’est une réelle question que je me pose en ce moment. J’envisage une reconversion, mais est-elle appropriée ? Peut-être que j’aime encore mon coeur de métier, mais que l’environnement dans lequel je travaille ne me convient plus ? Peut-être aimerais-je exercer mon métier ailleurs ?

Ne plus faire l’autruche

C’est la seconde raison pour laquelle j’ai créé ce blog. Avant, une poignée de personnes seulement connaissait mon envie de changement. Je la confiais telle un secret inavouable. Aujourd’hui, je me suis rendue compte que continuer mon travail actuel me pesait énormément. Le confort de la stabilité, la facilité me font tenir. Faire mon coming-out de ce projet de reconversion, c’est l’obligation de me remuer. Je ne peux pas continuer à procrastiner. Sinon à défaut de me la voiler, je la perds (la face).

Je doute

Dans cette démarche, je doute chaque jour. Parce que j’ai une famille, 3 enfants à nourrir. Que j’ai aujourd’hui une paye confortable, des horaires d’administration, et que je ne sais pas ce que je trouverai demain.

Le premier pas pour avoir ce que vous voulez, c’est d’avoir le courage de quitter ce que vous ne voulez plus.

La clef est certainement ici. C’est cette phrase qui m’a aussi permis de franchir le pas. Elle est évidente, mais la réalité des faits n’est pas si simple…

Oser en parler a été bénéfique

En sortant de mon bilan de compétences, j’ai laissé passer une quinzaine de jours, et tout était limpide : mes envies, le chemin pour y arriver, aussi sinueux soit-il. Ce fut alors facile de prendre la parole ici. J’ai reçu des encouragements, pas de mise en garde, et j’ai pu discuter avec certaines personnes qui connaissent la réalité des métiers qui me font rêver. Une réalité que je savais déjà compliquée.

Tout s’est obscurci

Plus j’échange à ce sujet, plus le flot d’informations est important, avec son lot de pessimisme : la difficulté des formations, le numerus clausus, les modules rébarbatifs et pour couronner le tout : un secteur bouché, qui souffre du manque de financement, des salaires bas, des temps partiels subis… Et de nouvelles informations contradictoires avec celles que j’avais auparavant en termes de diplôme et de formation…

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 réflexions sur “Et si…

  1. Peser le pour, le contre, mais surtout avant de quitter terre et de prendre le large être sûr de la destination, du chemin, des bouées, des vivres, cela pour dire qu’on va pas se laisser croupir et dépérir dans un métier qui ne nous convient plus, c’est ça ou la mort de l’âme et de l’esprit assuré avec une petite dépression à la clef. Mettez les bases, continuez votre cheminement, vos réflexions, vos actions pour votre changement professionnel qui ne vous sera que salutaire, et même pour les autres, mais ne lâchais rien. Si à la suite de votre bila, c’est ok pour vous, dans votre tête et que cette chose vous faire gonflé le coeur et vous donne des formus dazasuite de

    J'aime

  2. Peser le pour, le contre, mais surtout avant de quitter terre et de prendre le large être sûr de la destination, du chemin, des bouées, des vivres, cela pour dire qu’on va pas se laisser croupir et dépérir dans un métier qui ne nous convient plus, c’est ça ou la mort de l’âme et de l’esprit assuré avec une petite dépression à la clef. Mettez les bases, continuez votre cheminement, vos réflexions, vos actions pour votre changement professionnel qui ne vous sera que salutaire, et même pour les autres, mais ne lâchais rien. Si à la suite de votre bila, c’est ok pour vous, dans votre tête et que cette chose vous faire gonflé le cœur et vous donne des fourmis dans les doigts, alors n’arrêtez pas. J’ai hâte de lire la suivre, de continuer à vous suivre. 🙂 Au plaisir. Marie.

    Aimé par 1 personne

  3. Peser le pour, le contre, mais surtout avant de quitter terre et de prendre le large être sûr de la destination, du chemin, des bouées, des vivres, cela pour dire qu’on va pas se laisser croupir et dépérir dans un métier qui ne nous convient plus, c’est ça ou la mort de l’âme et de l’esprit assuré avec une petite dépression à la clef. Mettez les bases, continuez votre cheminement, vos réflexions, vos actions pour votre changement professionnel qui ne vous sera que salutaire, et même pour les autres, mais ne lâchais rien. Si à la suite de votre bilan, c’est ok pour vous, dans votre tête et que cette chose vous fait gonflé le cœur et vous donne des fourmis dans les doigts, alors n’arrêtez pas. J’ai hâte de lire la suite, de continuer à vous suivre. 🙂 Au plaisir. Marie.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s