Prendre son Envol

Lors de mon bilan de compétences, plusieurs fois mon interlocuteur m’a parlé de cette structure que je connaissais de nom, mais à laquelle je ne m’étais jamais vraiment intéressée : l’Envol. Voyant mes projets évoluer, je les ai appelé cette semaine et ça tombait bien : la réunion d’information bimensuelle était hier. C’est là qu’on remercie la garderie d’avoir cette réactivité à toute épreuve : j’ai pu confier la Mini pour y aller, du jour pour le lendemain.

L’Envol c’est quoi ?

C’est une coopérative d’entrepreneurs salariés. Je vois vos regards dubitatifs, ça vous parle autant qu’à moi avant de comprendre de quoi il s’agit… Alors je poursuis:  c’est une structure subventionnée qui accueille, par contrat salarié, des entrepreneurs qui débutent ou non, mais qui veulent se délester de toute la paperasse et l’administratif. Vous bénéficiez du numéro SIRET de la structure, d’un accompagnement personnalisé, des logiciels de comptabilité, et vous, vous ne faites que l’essentiel : votre métier et votre job d’entrepreneur. Pas de formalités administratives pour monter votre entreprise, pas de compte pro, pas de déclaration à URSSAF, aux impôts, etc. La coopérative s’occupe de tout, et surtout, vous bénéficiez d’un accompagnement personnel tout au long de votre parcours : au début, les entretiens sont mensuels, puis au fil du temps, semestriels. L’Envol vous permet donc d’entreprendre plus facilement, de manière plus sûre.

Entrepreneur mais salarié,ça veut dire quoi ?

C’est le chiffre d’affaires, l’activité que vous développez qui vous permet de vous octroyer un salaire, et donc des fiches de paye (sous statut CDI) de l’Envol : pas de clients, pas de rentrées d’argent régulières, pas de salaire… Les premiers mois, donc, il faut faire sans. Et pour se dégager un salaire, l’Envol vous aide, à définir vos prix, selon vos prestations, vos charges, vos coûts de revient. Pour commencer à être salarié, il faut pouvoir s’octroyer 20% du SMIC, soit 300€ net par mois. Pas grand chose, ceci dit, cependant, c’est une fois toutes les charges patronales et salariales et autres déduites. En réalité, pour toucher 300€, il vous faut engranger 600€ de chiffre d’affaires… C’est là que je trouve intéressant l’accompagnement de l’Envol : il vous fait prendre conscience des réalités. Pas de rentrées d’argent, pas de salaire. Mais une fois que celles-ci commencent, le salaire est lissé pour les 3 mois qui suivent et évolue en fonction de votre activité.

Pourquoi je suis conquise

  • Parce que vous ne prenez pas les mêmes risques qu’en vous mettant directement à votre compte.
  • Si demain, vous avez des opportunités, vous pouvez démarrer immédiatement. Un rendez-vous et hop, c’est fait.
  • Parce que de la même manière, vous pouvez arrêter du jour au lendemain, ou décider de poursuivre votre activité seul, en créant définitivement votre entreprise, ou bien poursuivre, ad vitam eternam, au sein de l’Envol.
  • Parce que vous êtes salarié sous régime général, avec la même protection sociale (et donc les charges inhérentes, ceci dit) que tout salarié du régime général.
  • Parce que vous êtes accompagné par des professionnels qui vous aident à développer votre activité, vous forment…
  • Parce que vous bénéficiez du réseau de l’envol, des réunions collectives de travail, de l’intelligence partagée des entrepreneurs.
  • Parce que c’est un système coopératif et que, dès 3 ans de présence à l’Envol, vous devenez actionnaire au même titre que les autres.

Ce n’est pas un cas unique, renseignez-vous !

Des coopératives d’activité et d’emploi existent partout en France : il y en a une centaine, qui représentent 10000 entrepreneurs , quand même !

Vais-je me lancer ?

Pas dans l’immédiat. Les projets que j’ai en tête relèvent davantage du secteur public/associatif que du secteur privé. Mes autres projets sont trop anecdotiques en terme d’activité et de revenus pour pouvoir m’engager sur un tel statut : je ne pourrais jamais devenir salariée, aucun intérêt donc. Mais je garde en tête cette structure, et c’est évident, si un jour je démarre une activité, je ferai appel à eux !

Et maintenant je fais quoi ?

Je continue de me renseigner auprès d’autres structures, qui seraient plus à même de m’accompagner dans mes projets : la CRESS notamment. A suivre 😉

4 réflexions sur “Prendre son Envol

    • C’est très gentil, ça me fait chaud au coeur. Je t’avoue que je suis plutôt en phase de démotivation en ce moment… Je multiplie les démarches aussi pour avancer et me remotiver. C’est long, très long, quand on est indécis, qu’on a pas l’énergie, et pas forcément le bagage qu’il faut pour faire ce que l’on aimerait…

      J'aime

      • C’est normal d avoir des doutes, de se sentir parfois démotivée mais ne jamais lâcher ses rêves et ils aboutiront ! depuis le cm2 je rêvais de partir en Australie. J’avais 25 ans quand j’ai réalisé mon rêve et je n’ai pas été déçue. Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage 😉 Crois en toi et ait confiance en la vie.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s